Paul Otlet, précurseur d'Internet et de l'intelligence collective

« Bientôt, la télévision sera un problème essentiellement résolu, comme il l'est déjà scientifiquement; l'image se reproduit à distance, sans fil. On peut imaginer le télescope électrique permettant de lire chez soi des livres exposés dans la salle « teleg » des grandes bibliothèques, aux pages demandées d'avance. Ce livre sera « téléphoté ».
« La table de travail ne sera plus chargée d'aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas, au loin, dans un édifice immense, sont tous les livres et tous les renseignements... De là on fait apparaître sur l'écran la page à lire pour connaître la réponse aux questions posés par téléphone, avec ou sans fil. Un écran serait double, quadruple ou décuple s'il s'agissait de multiplier les textes et les documents à confronter simultanément; il y aurait un haut-parleur si la vue devait être aidée par une donnée ouïe, si la vision devait être complétée par une audition. Utopie aujourd'hui, parce qu'elle n'existe encore nulle part, mais elle pourrait bien devenir la réalité pourvu que se perfectionne encore nos méthodes et notre instrumentation. Et ce perfectionnement pourrait aller jusqu'à rendre automatique l'appel des documents sur l'écran, automatique aussi la projection consécutive. »
« Sous nos yeux est en train de se constituer une immense machinerie pour le travail intellectuel. Elle se constitue par la combinaison des différentes machines existantes, dont les liaisons nécessaires s'entrevoient. Cette machinerie constituerait un véritable cerveau mécanique et collectif...Il y a lieu de former pour chaque branche des sciences et des activités un système de publication universelle, condensant l'ensemble des données fragmentaires et individuelles, et tenu constamment à jour. Ce Réseau, de quelque manière que ce soit, doit relier les aux autres les centres producteurs, distributeurs, utilisateurs, de toute spécialisation et de tout lieu. Il s'agit pratiquement, que tout producteur ayant quelque donnée à faire connaître, quelque proposition à présenter ou à défendre, toute personne enfin puisse au moindre effort et avec un maximum de sûreté et d'abondance, entrer en possession de ce qui lui est offert.

Paul Otlet, Traité de documentation, le livre sur le livre, 1934. Cité par Françoise Levie, in L'homme qui voulait classer le monde. Paul Otlet et le mundaneum, Les impressions nouvelles, 2006.