Ne croyons pas pour autant qu’il n’y ait pas eu de précédents dans la littérature papier. Il s’agit en fait de tentatives et de problématiques anciennes : des débuts du roman (Sterne, Diderot...) jusqu’à la " modernité littéraire " (Joyce, Butor, Saporta, Borges...), des auteurs ont cherché à jouer sur ces mêmes frontières [CLE 94]. Par exemple, J. Clément nous rappelle que la volonté de donner un rôle plus important au lecteur dans le récit n’est pas une conséquence de l’apparition de l’ordinateur. Ainsi Italo Calvino, dans Si par une nuit d'hiver un voyageur, a tenté de faire du lecteur un personnage du livre, se livrant au jeu de la confusion personnage/narrataire/ lecteur. Toutefois, le dispositif technique n’est plus le même dans le cas d’un récit interactif : il est demandé au lecteur d’être actif sur le support lui-même. C’est cette instrumentation de l’activité du lecteur dans le dispositif qui entraîne effectivement une reconfiguration de cette activité.