J. Clément recense ainsi les récits hypertextuels ne présentant ni incipit ni clôture, parlant de la " tentation du livre infini ", tentation bien antérieure à la littérature informatique.