Dans le passage de la comparaison " cette jeune fille est belle comme une rose " à la métaphore " cette jeune fille est une rose ", le motif de la comparaison et l’outil comparatif ont disparu. La coprésence du comparé et du comparant constitue une métaphore in praesentia. Mais il est possible aussi de ne pas exprimer le comparé (métaphore in absentia), ou encore de ne pas exprimer le comparant et de ne garder que le motif de la métaphore.