Quel serait le " degré de récit suffisant ", concernant l’histoire comme la narration, pour que l’on puisse encore parler de récit ? Jusqu’où peut-on démonter les ressorts traditionnels du récit tout en permettant au lecteur de mobiliser encore le récit comme cadre interprétatif ?