Dans nombre de récits interactifs, il semble que le récit ne puisse fonctionner sans son paratexte. Le paratexte fait à ce point partie du récit qu’il peut se confondre avec la fiction. Par exemple, dans le récit Le Nœud (www.total.net/~amnesie/zone1/ aide.html), un paratexte est proposé au lecteur dont voici le début : " Personne ne peut t'aider. Le nœud est un labyrinthe de signes. Plus précisément, un labyrinthe d'histoires, de pensées et de cris. Tout s'entremêle, tout est relié. [...] " Le lecteur ne sait pas s’il est déjà dans le texte du récit ou encore dans le paratexte. Car souvent l’œuvre est autant dans le paratexte que dans le texte, ou plutôt dans l’interaction des deux.