jardin 6


J'en conclus que cette victoire minime préfigurait la victoire totale. J'en conclus qu'elle n' était pas minime, puisque, sans cette différence précieuse que m'accordait l'horaire des trains, je serais en prison, ou mort. J'en conclus (non moins sophistiquement) que mon lâche bonheur prouvait que j'étais homme à bien mener cette aventure. Je trouvai dans cette faiblesse des forces qui ne m'abandonnèrent pas. Je prévois que l'homme se résignera à des entreprises de plus en plus atroces; bientôt il n'y aura que des guerriers et des bandits; je leur donne ce conseil: celui qui se lance dans une entreprise atroce doit s'imaginer qu'il l'a déjà réalisée, il doit s'imposer un avenir irrévocable comme le passé. C'est ainsi que je procédai, tandis que mes yeux d'homme déjà mort interrogeaient ce jour qui s'écoulait, peut être le dernier, et la nuit qui s'épanchait. Le train roulait doucement entre des frênes. Il s'arrêta, presque en pleine campagne. Personne ne cria le nom de la gare. Ashgrove ? demandai-je à des enfants sur le quai. Ashgrove, répondirent-ils. Je descendis. Une lampe illustrait le quai, mais les visages des enfants restaient dans la zone d'ombre. L'un d'eux me demanda: Vous allez chez le professeur Stephen Albert ? Sans attendre de réponse, un autre dit: La maison est loin d'ici, mais vous ne vous perdrez pas si vous prenez ce chemin d gauche et si, à chaque carrefour, vous tournez à gauche.

Table des matières