Incendie 1


10 En avançant dans la prose je rencontre

En avançant dans la prose je rencontre, presque à chaque pas, l'impossibilité de la maintenir sur une ligne unique, de la diriger dans un seul sens. À tout moment j'éprouve le besoin, comme quand on raconte, en vrai, pour quelqu'un, et d'autant plus si on raconte (comme c'est mon cas ici) à quelqu'un d'éloigné, que beaucoup de noms et de circonstances risquent de surprendre (et il est nécessaire alors de les rapprocher de lui par une explication, sous peine de n'être pas compris), j'ai besoin, donc, d'expliquer, de m'arrêter pour accrocher, au fil ténu de la narration, la lampe d'un éclaircissement indispensable. Il suffit pour cela sans doute d'une parenthèse, marque naturelle de ce qui, à la voix, serait une interruption, dans le ton de l'incise digressive; mais il arrive souvent que l'ampleur considérable du développement incident qu'elle contient rende extrêmement périlleuse son introduction, au risque d'une rupture excessive de la continuité.

Table des matières