Incendie 6


C'est pourquoi tout chemin qui se présente et n'est pas suivi immédiatement, mais n'est pas non plus abandonné pour toujours, sera signalé dans le texte, discrètement, avec indication de l'endroit où il sera possible de le retrouver dans le livre, livre qui cependant sera un livre comme les autres, que l'on pourra lire à la suite, sans se préoccuper de ces digressions, ou en les lisant à part, pour elles-mêmes. Le lecteur, armé de son oeil et de sa patience, s'il est un lecteur pour qui l'exploration à peu près simultanée de branches divergentes n'est pas trop rebutante (simple extension d'ailleurs des bonds silencieux du regard qui va de la fin d'une ligne au début de la suivante, d'une page à une autre (mouvement remontant cette fois), et je n'invoquerais même pas la lecture concomitante de plusieurs livres, ou celle de notes, de gloses...), pourra, en principe, prendre une mesure plus variée, moins "pédestre>>, du paysage chaotique de ce roman.
p.33-36

Jacques Roubaud, Le grand Incendie de Londres

Table des matières