| sommaire | littérature et informatique | Jean Clément | Cours du 2/12/98 |

Littérature et supports


On verra dans ce cours comment on utilise l'informatique dans la cr╚ation de textes litt╚raires.

Les rapports entre la littérature et ses supports
Le livre, le support papier nous paraissent évidents; pourtant cela n'a pas toujours été le cas, comme nous le montre l'histoire de la littérature. Le support doit être pris en compte; les outils de l'écrivain ne sont pas neutres eux non plus. Le rapport de l'écrivain à son texte est médiatisé par le rapport intime, confinant parfois à la maniaquerie, qu'il entretient avec son outil. Il existe différents types de rapports.
top

Les calligraphes
stylo/plume
Pour ces écrivains, le geste de la main prolonge la pensée. Rapport au corps, gestuelle corporelle de l'écriture. Par exemple Annie Ernaux utilise l'image de l'araignée qui tisse sa toile avec un fil qui sort d'elle-même. Rapport physique à l'écriture, proche de la gestation/accouchement. "Toute écriture est de la cochonnerie" (Artaud). Idée du gribouillage, du griffonage, de la rature. L'ordinateur est considéré comme froid/distant/trop propre. Il instaure une coupure entre la pensée et l'écriture. Plus de médiation par le corps.
top

Les dactylographes (utilisateurs de machines à écrire)
Hemingway en est le prototype (écrivain-journaliste avec sa Remington portative) Elle influence la manière d'écrire. Difficultés matérielles liées à la machine:

Ces difficultés propres à la machine induisent un style assez journalistique, concis, fait de phrases courtes. On ne peut pas revenir en arrière avec la machine, la correction est malaisée. Remington, avant d'inventer la machine, avait inventé la mitraillette. Il est amusant de noter que le bruit de la machine ressemble à celui de la mitraillette: le style est mitraillant lui aussi. Plus propre, plus lisible, plus facile à communiquer.
top

Le traitement de texte
L'arrivée du traitement de texte a produit une nouvelle révolution:

Les modifications ne laissent plus de traces... Le traitement de texte combine les avantages de l'écriture manuscrite et de la machine. On distinguera 2 catégories: Nous nous intéresserons aux seconds: dans quelle mesure leur pratique modifie-t-elle leur écriture. Moins d'attention à ce que l'on écrit car on peut toujours modifier. Phrases à rallonge car on peut en ajouter facilement; perte du rythme?
Cela nuirait à la qualité de l'écriture, pour l'écrivain Philippe Djian par exemple. L'éditeur Jér┘me Lindon prétend être capable de reconnaËtre du premier coup un texte écrit sur traitement de texte, il les trouve moins bien écrits. La différence est d'ordre négatif. Certains sont emballés par l'ordinateur. Umberto Eco par exemple fait du prosélytisme, il déclare l'ordinateur spirituel car il permet d'écrire aussi vite que l'on pense. Pas de décalage, immédiateté.
La reconnaissance vocale nous renvoie à l'ancienne pratique du secrétaire, de la dictée.
top

Les trois pôles de la chaîne éditoriale
Qui utilise l'informatique? (oui=+, non=_)
Le cas le plus intéressant pour nous sera celui où les 3 pôles utilisent l'informatique. L'informatique confère-t-elle au texte de nouvelles propriétés?
top

Les propriétés du texte numérique

La mobilité
Elle résulte de la numérisation; elle offre plusieurs possibilités: changement instantané de la typo/de la mise en page: maîtrise de l'aspect visuel du texte (excursus: l'écrivain remet un texte, l'éditeur en fait un livre. Ce n'est pas la même chose. Au départ, écrivain et imprimeur étaient proches, puis la division des tâches les a séparés).
La mise en page, la typographie produisent du sens/de la signifiance. L'objet livre est produit par l'éditeur. Certains écrivains souffrent de ne pas maîtriser cette partie de la chaîne. Les romanciers peut-être moins? (roman: flux verbal destiné à être lu de fa┴on purement linéaire?). Les poètes modernes en particulier accordent une importance primordiale à la mise en page; rythme visuel de la page (Mallarmé). La mobilité introduit dans l'affichage du texte une dimension dynamique: l'hypertextualité par exemple.
La poésie animée utilise la dimension temporelle et dynamique de l'affichage pour que les mots soient mis en scène sur l'écran.
On impose un rythme de lecture.

La générativité
Fait qu'un texte puisse être produit par un programme sans avoir été préalablement écrit par un auteur.
Disparition de l'auteur?
"Dans les cent mille milliards de poèmes", Queneau a tout écrit mais n'a pas tout lu.
Il y a là une sorte de degré zéro de la générativité.

L'instantanéité
Elle est liée à la générativité. Le texte n'existe que dans la durée de son affichage. Un texte s'affiche et disparaît à jamais.

L'interactivité
L'acte de lecture est interactif; en lisant on apporte quelque chose de soi. Un texte ne vit que par sa lecture, n'existe que par elle. Texte et lecteur interagissent. Il n'y a pas de lecteur passif. Toute lecture est interaction. Dynamisme de la lecture. Dimension matérielle de l'interaction sur support informatique: ce n'est plus seulement l'interprétation qui change, mais le texte lui-même. Le degré d'interactivité apporté par l'informatique est bien plus important que celui de la lecture classique.

L'ubiquité
Etre présent en plusieurs lieux au même moment. Il y a toujours un décalage, mais infime. Un texte peut être lu dans des endroits différents au même moment.
Activité du lecteur de 2 types: Cf document en ligne sur le serveur de la fac. Voir le catalogue de l'exposition "Poésure et peinterie". Dès 1985, revue de poésie sur disquettes.
top

La combinatoire
Eléments infra-textuels pour produire des textes par combinaison.
Utilisation d'une fonction aléatoire.
La taille des éléments est variable: chapitres ("Marelle" de Cortazar, oś les chapitres peuvent se lire dans 2 ordres possibles). Combinatoire de paragraphes: livres dont vous êtes le héros.
Au niveau phrastique, cela devient plus délicat. On peut s'en remettre au hasard, certaines combinaisons seront plus heureuses que d'autres (Voir les cadavres exquis).
Combinaison de lettres/de mots: nécessité d'un programme comportant une grammaire.
Combinatoire factorielle
exemple emprunté à Cicéron:
"Puer abige muscas istas" (enfant, chasse les mouches)
La flexion rend le latin plus combinatoire que la fran┴ais, l'ordre des mots étant complètement libre.
4!=4x3x2x1=24 fa┴ons différentes de le dire