| sommaire | littérature et informatique | Jean Clément | Cours du 16/12/98 |

La combinatoire; la génération


On continuera à voir dans ce cours comment on utilise l'informatique dans la crÈation de textes littÈraires.

La littérature combinatoire, suite et fin: encore des exemples

Problèmes de compatibilité et contraintes
Sur les "Cent mille milliards de poèmes", certains ne marchent pas très bien, que ce soit au niveau du sens ou de la grammaire (les pronoms de rappel ne correspondent pas, l'accord sujet-verbe n'est pas correct etc). L'ordinateur peut lire tous les poèmes, pas l'humain. Pour éviter les problèmes de "compatibilité" entre vers, on peut caractériser ceux-ci (indiquer à la machine le genre du sujet, le nombre, les types de propositions). L'ordinateur rendra alors des poèmes corrects au niveau de la syntaxe. Plus on multiplie ces contraintes, moins on obtient de poèmes possibles. Et si on multiplie les contraintes de filtrage à l'extrême (en introduisant de la cohérence au niveau des images et des thèmes), on peut imaginer qu'on retrouvera à la fin les 10 poèmes écrits par Queneau, qui constituent en quelque sorte la limite du filtrage.
top


Algorithmes combinatoires
Algorithme en BASIC permettant de générer des poèmes de type incantatoire ou litanique, genre se prêtant fort bien à la combinatoire. La caractérisation s'effectue par une distinction opérée au niveau du premier vers (incipit) et du dernier vers (la clôture ou excipit), qui sont chacun d'un type particulier, reconnaissable et emblématique en quelque sorte de la litanie. Le programme gère non seulement l'encadrage mais aussi la longueur du poème.
Semi-combinatoire en prose de Queneau; dans Un conte à votre façon, le lecteur se déplace de case en case, un peu comme dans un jeu de l'oie. Son parcours construit le conte, comme dans les livres dont vous êtes le héros.
top

La génération automatique de scénarii par ordinateur

Vladimir Propp
Les travaux de l'école des Formalistes russes, au début du siècle, sont à l'origine de ces pratiques. Vladimir Propp retrouve dans les contes de fées recueillis par les savants folkloristes des invariants (types de personnages, situations, motifs). Il en dégage des fonctions, qu'il définit comme "l'action d'un personnage définie du point de vue de sa signification dans le déroulement de l'intrigue". Propp en trouve 7: agresseur, donateur, auxiliaire, princesse, mandateur, faux-héros, héros. Ce sont des étiquettes/des types, qui peuvent être incarnés par toutes sortes de personnages différents. De même, un personnage peut avoir plusieurs fonctions/rôles en même temps. Propp démontre qu'un petit nombre de personnages et de structures permet de générer une infinité de contes (cf son ouvrage Morphologie du conte).
top


A.J.Greimas et le schéma actantiel
A la suite de Propp, le sémioticien français A.J. Greimas a essayé de trouver des structures encore plus générales et profondes aux histoires. Il ne parle plus de personnages mais d'actants; il propose le "schéma actantiel", qui, en dépit de sa simplicité, permet de rendre compte de la structure de la plupart des récits. Il est basé sur le modèle de la quête.
Le schéma actantiel
Axe du devoirDestinateurDestinataire
Axe du vouloirSujetObjet
Axe du pouvoir Adjuvant Opposant
Le destinateur charge un sujet de la quête d'un objet, le destinataire est le bénéficiaire de cette action. Les adjuvants vont venir en aide au sujet, les opposants cherchent à l'empêcher de s'emparer de l'objet.
Le logiciel CONTE, basé sur les travaux de Propp et de Greimas, a été conçu pour sensibiliser les enfants à la lecture et à l'écriture des contes de fées. On peut en faire une utilisation automatique, semi-automatique (on choisit des éléments dans des listes) ou personnelle (on saisit le texte soi-même). Ce logiciel utilise pour générer du texte un procédé appelé technique du moule (template en anglais). Cela consiste à utiliser une structure textuelle avec des évidements dans lesquels viennent se placer (se mouler) des éléments externes. On utilise beaucoup ce système en génération automatique. Exemple: on utilise comme structure de base le premier vers du poème de Heredia, Les Conquérants:
"Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal"
Comme un vol de [ A ] hors du [ B ] natal
A et B doivent être choisis du manière à ce que la phrase soit correcte syntaxiquement et sémantiquement. Par exemple la liste A: substantifs désignant des objets/des êtres susceptibles de voler. On définit ainsi des contraintes. L'ordinateur va chercher au hasard les mots qui correspondent à ces contraintes. On parle de littérature fonctionnelle, au sens mathématique du terme. On rencontre parfois des difficultés au niveau de la définition des contraintes. Problème en particulier des réseaux sémantiques: les éléments qui s'insèrent dépendent d'un contexte plus large que la phrase. Ce genre de problème ne se pose pas dans le cas de textes très brefs du type aphorisme ou proverbe.
top