PROVERBES 1

Formules reposant sur l'affirmation ou la négation d'une équivalence.

La formule simple et nue de l'équivalence (A=B) reçoit le plus souvent diverses modulations par l'adjonction d'éléments complémentaires (adjectifs, noms) qui en précisent la portée:

Le véritable A c'est B (avec ses nombreuses variantes, telles que: A ne serait pas A s'il n'était pas B, ou encore: le seul A c'est B).
A est B devenu visible
A est B du pauvre
Les petits A font les grands B
A est le plus court chemin de B à C
A est la continuation de B par d'autre moyens
A est le père (la mère, le frère, la soeur) de B
A est le commencement (la fin) de B
A est l'ébauche (la caricature) de B
A est l'ennemi (l'ami) de B
A est l'épreuve (la preuve, la règle, le recours, etc.) de B
ou plus généralement A est B de C qui peut se compliquer en A de B est C de D.

Dans les formules à quatre éléments du type A de B est C de D, on peut évidemment introduire de nouvelles possibilités du type:

A de B est B de A, formule particulièrement chère aux philosophes,
A de B est A de C
A de B est B de C, etc.