retour sommaire
 
imprimer

Propositions soumises à la discussion

Pierre Barboza (après la 2° séance sur "Sale temps")

Nous poserons que le récit hyperfictionnel relève d’une analyse de règles syntaxiques et de la signification de la narration.

Pour essayer de dégager les spécificités de l’hyperfiction comme discours, nous proposons une série de définitions soumisesà la discussion età la vérification.

1. L’hyperfiction est un ensemble qui englobe les différents niveaux de la narration : le récit dénoté et les récits connotés. La question est alors celle des modalités de passage entre les uns et les autres. Pour y répondre la notion de méta-récit (ou méta-narration) désigne les récits induits (proposés symptomatiquement ou par indices) par le récit dénoté (celui qui se déroule effectivement).

2. Le méta-scénario est alors la structure en réseau qui contient l’ensemble des scénarios possibles. Cet ensemble pour être perceptible suppose la réitération des lectures de l’hyperfiction.

Chaque scénario est découpé en Unités narratives (U.N.) qui sont des séquences ayant la propriété d’être combinable entre elles dans le cadre de micro-récits. L’ordre ou le déroulement des U.N. est donc relativement aléatoire.

Dans le cadre du méta-scénario, nous distingueronsà un niveau plus global les structures fortes (comme passages obligés) qui correspondent aux grandes étapes de la dramaturgie.

3. C’est l’interface qui organise le déroulement des U.N., et constitue donc le dispositif de l’énonciation du récit et de la méta-narration. Les choix interactifs correspondent ainsi aux circonstances d’apparition des U.N.: moments symboliquement connotés.

Il convient de distinguer deux niveaux dans l’interactivité :

- effectif et matériel,

- symbolique comme passage vers la ou les méta-narrations.

L’interactivité introduit un rythme particulier au récit qui casse celui de la dramaturgie et dépend de l’interacteur. Ce dernier est alors placé en position de surplomb par rapport au récit qui sollicite réflexion, référence etc.

L’interface fonctionne bien comme une métaphore qui viseà donner sensà l’interaction mais aussi et surtoutà établir des passerelles avec les différents niveaux de narration.